Isolation intérieure et extérieure

Ouate de cellulose, laine de bois, liège...

Nos conseils : Techniques d'isolation

L’isolation des combles perdus

C’est par le toit de nos habitations que le plus de chaleur s’échappe entre 25 et 30 % (source ADEME).

Donc tout naturellement c’est le premier point à traiter.

Nous commençons par déposer l’ancien isolant car celui-ci est en mauvais états donc plus très efficace, parfois il sert de court de récréation à différents rongeurs. La dépose se fait par le toit en faisant une ouverture temporaire. Puis si nécessaire nous réalisons un chemin de passage qui se trouvera au-dessus de l’isolant (la ouate de cellulose), celui-ci permettra d’accéder par exemple à la VMC, aux boites de dérivation importantes… Si nécessaire nous fermons la jonction entre le bas du toit et le solivage ou plancher afin que la ouate de cellulose ne s’échappe pas dans la dépassée de toiture. Puis nous soufflons la ouate de cellulose au sol en repérant si nécessaire les points singuliers au sol (boite de dérivation ne pouvant pas être sur élevées, passage important de conduits...). Pour finir, si le toit est sujet à de fort courant d’air nous croutons la surface de la ouate afin de la stabiliser.

L’isolation des combles perdus avec la ouate de cellulose ne nécessite pas un remplacement au bout de 20 ou 25 ans car celle-ci ne perd pas ses performances thermiques et acoustiques dans le temps. De plus les animaux ne viennent pas nicher dedans et elle ne craint pas la diffusion de vapeur d’eau.

L’isolation sous rampants pour combles à aménager

Le principe est d’isoler le long du toit avec ou sans partie à plat centrale selon que le toit est très haut ou pas. L’épaisseur d’isolation que nous conseillons est de 30 cm afin d’avoir également un confort d’été efficace. Il faut savoir que tous les isolant à base de fibre végétale.

L’isolation peut s’accompagner de la pose de fenêtres de toit, d’agrandissement de la trappe, de passage de gaines...

Deux techniques peuvent être mise en œuvre soit :

  • le ‘caissonnage’ pour remplissage de ouate de cellulose insufflée
  • la pose de panneaux de laine de bois avec armature bois de préférence ou métallique si souhaité.

Dans les 2 cas, le parement final pourra être soit du lambris, du placo, du Fermacell, des panneaux d’OSB...

L'isolation thermique par l'extérieur

L'isolation des murs par l'extérieur est une méthode qui présente l'avantage d'être plus efficace pour le traitement des ponts thermiques, notamment ceux des planchers intermédiaires.

L'isolation par l'extérieur permet également de bénéficier pleinement de l'inertie thermique des parois en maçonnerie, qu'elle protège des changements de températures. En été, cela permet d'économiser sur la climatisation, en évitant que les murs accumulent la chaleur.

Les inconvénients sont :

  • le changement de l'aspect extérieur pour les maisons de caractère en pierre ou pisé
  • le prix relativement plus cher que l'isolation intérieure

Les matériaux pour l'isolation par l'extérieur

Nous utilisons des matériaux sains comme la laine de bois, la ouate de cellulose ou encore le liège. Tous ses matériaux sont perspirants et sont donc indispensable pour isoler une maison en pisé, en pierre ou encore en machefer.

De par les performances souhaitées et la technique de pose adaptée à la structure à isoler, nous proposons une solution la plus cohérente possible en fonction du projet.

Prix isolation extérieure d'une maison avec matériaux écologique

Prix : entre 130 et 190 €/m² HT selon complexité.

Pour la rénovation, la TVA sur les matériaux fournis et les prestations effectuées est à 7 %.

L’isolation des murs par l'extérieur

La fixation de l'isolant sur la façade se fait exclusivement en fixation mécanique, pas de collage.

Notre technique la plus couramment utilisée consiste à fixer des montants en bois entre lesquels on viendra disposer l’isolant, soit la laine de bois soit la ouate de cellulose, puis des panneaux de fibre de bois dense viennent fermer le tout. Ces panneaux apportant une isolation complémentaire sont également support d’enduit. Le bas des murs est isolé avec des panneaux de liège car celui est imputrescible. Puis la finition extérieure est faite avec un enduit perspirant qui est appliqué avec une trame de renfort.

Avec une épaisseur totale de 20 cm on arrive facilement à un R de 5

Des points particuliers sont à traiter et expliquent en grande partie le surcoût par rapport à une isolation intérieure. Il s’agit de la dépose et repose des volets battants, dépose et repose des descentes d’eau pluviale, pose d’appuis de fenêtre généralement en alu laqué, l’habillage des tableaux de menuiserie...

L'isolation de la toiture par l'extérieur

L'isolation de la toiture par l'extérieur présente les mêmes avantages et inconvénients que celle des murs. Elle est recommandée en construction neuve ou lors de la rénovation de la toiture si les combles sont ou seront aménagés.

Après dépose de la couverture, nous procédons à une réhausse du chevronnage dans laquelle nous appliquerons la ouate de cellulose en projeté humide (brumisation). Puis nous posons un film pare pluie HPV (Hautement Perméable à la Vapeur d’eau). Puis la couverture est reposé soit neuve soit celle récupérée si en bonne état.

Avantages :

  • meilleure solution contre les ponts thermiques concernant la liaison avec les murs.
  • ne prend pas de place à l'intérieur, donc laisse l'espace dans les combles.

Inconvénients :

  • un coût plus élevé que l’isolation du toit par l’intérieur (isolation sous rampants).

Nous utilisons la ouate de cellulose comme isolant en toiture car la laine de bois et surtout le liège serait trop couteux sans meilleur résultat.

Nous préconisons une épaisseur de 30 cm d’isolant naturel en toiture de manière à obtenir un R de 7,5 minimum qui garantira non seulement une excellente isolation hivernale mais aussi un très bon confort d’été avec un déphasage de 11 à 12 heures (temps que met la chaleur du toit en été pour traverser l’épaisseur de l’isolant avant de commencer à chauffer l’espace intérieur).